Lecture théâtrale

Ξ Samedi 9 juin 2018 à 16h Ξ

Villa DolorosaLa compagnie « Le Tourmentin » existe depuis huit ans, se consacre essentiellement au répertoire contemporain et mêle acteurs professionnels, amateurs aguerris et débutants.

Elle travaille cette année dans le quartier, au Théâtre du Chaos, rue Henri Poincaré, et vous propose d’assister à une lecture de larges extraits de la pièce qu’ils présenteront fin juin : « Villa dolorosa », de Rebekka Kricheldorf, une variation sur « Les trois sœurs » de Tchekhov.

Sur inscription auprès des bibliothécaires (01 43 66 84 29)

Publicités

Les lanceurs d’alerte, quel statut ?

Ξ Jeudi 12 avril 2018 à 19h Ξ

alerteEn partenariat avec Alternatives économiques.

Qui sont les lanceurs d’alerte ?  Le grand public connaît les plus médiatisés. Ces femmes et ces hommes ont révélé de grands scandales financiers ou sanitaires (LuxiLeaks, Paradise papers, affaire du Médiator…). Mais il existe aussi la foule des anonymes qui, dans les administrations et les entreprises, dénoncent des faits répréhensibles, contraires à leur éthique, et qui subissent des représailles. Sont-ils vraiment protégés alors que de nombreuses lois ont été votées en ce sens ?  Peut-on s’inspirer des exemples étrangers ? La perception des lanceurs d’alerte, entre « délateurs » et hérauts de la démocratie, est-elle en train de changer ?

Avec Nicole-Marie Meyer, ancienne lanceuse d’alerte, elle rejoint l’ONG Transparency France en 2013 sur le poste de responsable alerte éthique.

Animé par Sandrine Foulon, rédactrice en chef du site d’Alternatives économiques.

 

Sur réservation au 01 43 66 94 29.


 

Rencontre avec Alexandra Badea et Anne Théron

Ξ Vendredi 11 mai 2018 à 17h Ξ

alatraceProposée par le Théâtre de la Colline autour de la pièce d’Alexandra Badea, A la trace, dans le cadre du cycle de rencontres « Qui croyons-nous être », organisé en partenariat avec la bibliothèque Oscar Wilde.

Après avoir accueilli l’auteure Annick Lefebvre et la comédienne Marie-Ève Milot du spectacle Les Barbelés, Julien Gaillard et Simon Delétang avec le spectacle La Maison, au tour de l’auteure Alexandra Badea et de la metteure en scène Anne Théron de questionner nos identités.

Suite à une série de conversations menées avec Anne Théron autour de la maternité, Alexandra Badea écrit À la trace d’un geste, témoignant à la fois d’elle-même et d’une génération de femmes, faisant de l’écriture une eau qui révèle les dessins invisibles tracés au jus aigre des silences. Au décès de son père, événement qui réveille un pan anesthésié de mémoire, Clara découvre un sac de femme dans ses affaires. À l’intérieur, peu de choses : quelques objets anodins et une carte d’électeur au nom d’Anna Girardin. Rien de plus, mais suffisamment pour que Clara décide d’enquêter. Tout en subtilité, le récit déploie une intimité inscrite dans le réel : chacun des personnages que Clara croise sur son chemin mène une vie « normale » tout en semblant être adossé à un mur en train de s’effondrer. Leur chute pourra-t-elle être salvatrice s’ils parviennent à être lucides sur leur rapport au monde ?

À la trace explore la manière avec laquelle la société finit par pervertir, défaire ou rendre plus troubles les liens que chacun entretient avec ses proches et sa propre vie.

Sur réservation au 01 43 66 94 29.


 

Atelier d’écriture avec Eric Delphin Kwégoué

Ξ Mercredis 16 mai et 23 mai 2018 à 18h Ξ

kwegoueProposé par le Tarmac – La scène internationale francophone

L’atelier d’écriture que va conduire Eric Delphin Kwégoué amènera les participants à travailler sur des techniques expérimentales d’écriture consistant à partir d’un mot, d’une phrase pour construire une situation dramatique. Les thématiques de travail viendront des participants et l’atelier s’achèvera par un moment de restitution, au terme de la deuxième séance.

Eric Delphin Kwégoué est auteur, metteur en scène, dramaturge et comédien camerounais. Il est lauréat 2017 du Prix lycéen de littérature dramatique francophone Inédits d’Afrique et Outremer pour sa pièce Ingonshua, un prix porté par le partenariat entre La Ferme Godier, Postures, les Editions Lansman et le Tarmac – la scène internationale francophone – à Paris.

Eric Delphin Kwégoué commence sa carrière comme comédien en 2002. En près d’une décennie de pratique, il a joué dans une vingtaine de pièces parmi lesquelles La mort d’Alexandre Sutto de Dumitru Crudu, mise en scène de Benoît Vitse, Rêve de fou de Sony Labou Tansi, mis en scène par Guillaume Ekoumé et joué au Festival International de Sibui en Roumanie et dans une dizaine de villes africaines. En tant qu’auteur, il a écrit une dizaine de pièce parmi lesquelles L’ombre de mon propre vampire nominé aux Grand prix Afrique du théâtre Francophone et publié dans le collectif « Contemporain Cameroun aux Editions Ifriquiya. Il dirige actuellement la Compagnie de théâtre professionnel de Douala « Koz’art » et est fondateur de l’espace culturel « Rites et Mythes » à Bonendalé. En 2011, il est lauréat « Visa pour la création » de l’Institut Français.

 

Sur réservation au 01 43 66 94 29.


 

Rencontre avec Aurélien Manya

Ξ Samedi 26 mai 2018 à 15h Ξ
manya

Pour son roman « Avec le feu » qui vient de paraître aux éditions Gallimard.

Gênes, 1973. Lorenzo, 20 ans, subit la fascination des Brigades rouges et plonge dans le terrorisme. Une rencontre vient troubler son parcours : Silvia, issue d’une famille bourgeoise, qui lui fait prendre conscience de son talent d’écrivain. Obligé de fuir, il retrouve épisodiquement la jeune femme durant dix-huit années, bravant les conventions, le danger et les frontières.

Aurélien Manya est né en 1980 à Marseille. Très tôt, il décide que le cinéma guidera ses pas. En 1998, il quitte la cité phocéenne direction Nantes puis Paris, où il se lance dans le montage de films. Parallèlement à cette activité, il travaille comme concierge dans un hôtel de luxe, vend des maillots de bains, distribue des journaux, surveille des enfants agités et se spécialise dans l’œuvre du cinéaste Wong Kar-wai. Et il voyage, beaucoup.

Au terme de ses études de cinéma à la Femis, il réalise un documentaire à Cuba, La Route de Camilo. A force de voyager, de tomber amoureux et de manipuler des images, il se plonge dans l’écriture d’un roman, Le temps d’arriver (Gallimard/L’Arpenteur).

Sa vie est aujourd’hui rythmée par l’écriture et le montage.

Réservation conseillée au 01 43 66 94 29.


 

Atelier « Traducteur d’un jour » (italien-français)

Ξ Jeudi 31 mai 2018 à 19h Ξ

ecoLa bibliothèque Oscar Wilde et l’association ATLAS proposent un atelier d’initiation à la traduction dirigé par Sophie Royère autour du roman d’Umberto Eco Le nom de la rose.

Vous aimez écrire, jouer avec la langue française ? Vous aimez la littérature étrangère ? Découvrir une langue ? Les ateliers «Traducteur d’un jour » sont faits pour vous !

L’atelier est programmé dans le cadre du Printemps de la traduction – 4ème édition : Les traducteurs parlent aux lecteurs.

Il n’est pas nécessaire de connaître la langue italienne pour participer. La traductrice littéraire professionnelle Sophie Royère vous accompagne au cours d’une séance de deux heures pour une immersion, mot à mot.

Umberto Eco est mort en 2016, laissant derrière lui une bibliothèque personnelle de 50 000 ouvrages. S’il fut un linguiste et sémiologue de haut vol, il n’en reste pas moins l’auteur d’un best-seller mondial, Le Nom de la rose. Porté à l’écran par Jean-Jacques Annaud, avec Sean Connery et Christian Slater, Le Nom de la rose est le flamboyant précurseur des polars médiévaux et autres Da Vinci Code. Son auteur le présente, en toute simplicité, comme la « version italienne d’une obscure version néo-gothique française d’une édition latine du XVIIe siècle d’un ouvrage écrit en latin par un moine allemand vers la fin du XIVe siècle ».

Armés de beaucoup d’humour et d’une loupe de détective, nous nous plongerons dans cette écriture à la fois érudite et accessible, pour en dénicher, qui sait, les sources secrètes !

Sur réservation au 01 43 66 94 29.


 

Rencontre avec Fawaz Hussain

Ξ Samedi 2 juin 2018 à 15h Ξ

fawazPour son roman Le rêveur des bords du Tigre (Éditions Les Escales) un vibrant hommage au peuple kurde et à la Syrie déchirée.

Farzand quitte Paris pour sa ville natale Amoudé, au Nord-Est de la Syrie. La guerre le retient à la frontière turque, à Diayrbakir où il rencontre Mirza, un garçon porteur d’espoir et d’optimisme.

Entre sa quête initiale et la re-découverte d’un pays différent de celui de son enfance, Farzand nous raconte le drame du peuple kurde et de sa langue.

Ce roman est en lice pour le Prix littéraire de la Porte Dorée, qui récompense un roman ou un recueil de nouvelles ayant pour thème l’exil.

Réservation conseillée au 01 43 66 94 29.